: Le pont flottant de la mort :

Kazura-bashi - CC world waif

[fr] À un moment ou à un autre, on croise, de plus ou moins près, la naissance ou la mort. Et ce peut être sur des chemins (épingles ou aiguilles ?) plus tortueux que souhaité. Naissance sous monitoring et autres techniques invasives, fin de vie plus que médicalisée, que ces moments sont aujourd’hui dépouillés de leur sens, de leur profondeur, de leur vérité symbolique, spirituelle… réduits à des séquences, des phases, des procédures. Manque de douceur, de contact peau, de communication sans parler, sans avoir peur du silence.

Kazura-bashi - CC world waif

Aux mourants, offrons, autant qu’il nous est possible, même par instants volés, des choses simples : une chambre qui soit comme une forêt où l’on peut se perdre (puisque c’est de ça qu’il s’agit quand quelqu’un « part »), calme, sombre, bruissante ; des oreilles qui écoutent et une attention de tout l’être par-delà la parole ; des sourires comme rosée ; des regards comme des papillons. Et cette fleur qu’ils ne verront pas forcément, mais qui distille dans la chambre son impalpable sourire, comme celle placée au chevet du blessé horriblement mutilé de Johnny got his gun.

Et aidons-les à prendre le chemin. Qu’il soit celui de la montagne, comme dans La Ballade de Narayama, celui de la mer aux vagues endormeuses, ou encore du pont entre deux rives où l’on s’avance toujours seul, faible, nu. Que la brume les accompagne, et non la lumière crue, le bruit de l’eau, et non celui des moniteurs, le souvenir des caresses sur la peau et non les aiguilles et les tubes invasifs.

Giron du songe
Avancer à pas très lents
vers quoi ? — sans pensée


Source : galerie de world waif, CC sur Flickr / Johnny got his gun, 1971 / Maria Casarès (merci à « El sí mágico »)

4 réflexions sur “: Le pont flottant de la mort :

  1. Bonjour, nous venons de découvrir votre blog, très sensible.
    Et nous nous apercevons que vous aimez Claire Basler qui est une grande amie à nous de longue date.
    Je voulais vous dire que les Souffleurs préparent leur grand projet de 2011 au Japon, Sakura Zensen. Nous partirons de Kagoshima et remonterons vers le nord, assujettis aux caprices des fleurs jusque Sendaï!
    Nous serons en migration littéraire du 14 mars au 05 avril 2011. Voilà. Si vous désirez être un peu plus dans la confidence de ce projet, n’hésitez pas à nous parler.
    Merci pour vos regards
    Olivier Comte pour Les Souffleurs commandos poétiques

  2. Merci pour votre visite et votre message qui me fait extrêmement plaisir. Même les choses cachées parviennent à destination, au détour d’une page de résultats, grâce à deux mots choisis, lambeaux d’un billet…
    Le web est un gigantesque réservoir de murmures.

    J’ai eu le bonheur d’être un jour à l’autre bout du rossignol. Ce souvenir m’enchante. Je suivrai avec plaisir votre nouveau projet au Japon en 2011 et prendrai contact par courriel. A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s