: Mémoire de la terre : Soil memory : Kurita Kôichi : 栗田宏一 :

Read this post in English日本語

collection-de-terres1

[fr]

Kurita Kôichi – 栗田宏一

Chacun des moments, chacune des actions, expositions, manifestations… de cet artiste japonais né en 1962 dans la préfecture de Yamanashi (Honshū) est un concentré du monde dans quelques poignées de terre. Sa démarche, apparemment minimale, est raisonnée, rigoureuse et entièrement cohérente.

La terre existe en un nombre illimité de couleurs, qui sont dues aux combinaisons complexes de différentes formes de vie.

On ne s’étonnera sans doute pas de découvrir chez un artiste japonais une attention aussi grande aux choses de la nature, et à l’élément le plus humble, le plus ignoré : la terre aux couleurs multiples. Dans cette vidéo, tournée à l’occasion de sa présentation « De la terre à la terre », à Poitiers en 2006, et réalisée par Jeremy Hayes, la démarche de Kurita Kôichi transparaît, lumineuse, évidente, avec un pouvoir de conviction très fort et très serein.

Pour en savoir plus, nous avons listé ci-après une série de liens commentés pour découvrir le travail et les réalisations de Kurita, « collecteur de sols », à travers quelques glanes, reflets très incomplets de son parcours.

  • Site personnel de Kurita Kôichi

Soil Library : carnet journalier de l’artiste, en ligne, avec biographie et liste des expositions, notes photographiques, instantanés d’émotions, archivage de poignées de terres, etc. En anglais et japonais.

On peut y voir par exemple, dans un récent billet, les lieux de la préfecture de Niigata, au Japon, où des échantillons ont été prélevés. La collection de terres de Kurita Kôichi, du monde entier, se compte en dizaines de milliers…

Soils in Japan

  • Livre pour la jeunesse

[Couleurs de la terre au Japon] Colors of soil in Japan

by Koichi Kurita, illustrated by Koichi Kurita. Tokyo, Fukuinkan Shoten Publishers, 2006. Titre original : たくさんのふしぎ – 土の色って、どんな色?Ouvrage publié en japonais.

De quelle couleur est la terre, à ton avis ? Noire ? Marron ? Fais davantage attention à l’endroit qui te porte, où tu te tiens debout. Tu seras surpris de découvrir que la terre a plein de couleurs différentes. Ouvre ce livre et ce livre ouvrira tes yeux aux multiples couleurs de la terre. Lis-le et puis, regarde autour de toi. Prends plaisir à découvrir les couleurs des terres dans le livre et dans la nature. Tu vois, elles ne sont pas seulement brunes, mais jaunes, grises, roses et même blanches !

  • 1996

Memory of the soil : documentaire de Shiozaki Toshiko, présenté au Yamagata International Documentary Film Festival. Texte en anglais.

  • 2001

Portrait : fiche de l’émission télévisée du 23 novembre 2001 par MBS (Mainichi Brodcasting System). Texte en japonais et diaporama de huit photographies, dont une devant sa « bibliothèque de terres ».

  • 2002

Exposition personnelle : Inax, Gallery 2, Tokyo, Japon. Sélection de terres japonaises, à partir d’une collection d’environ 10 000 échantillons. Photos. Texte en japonais.

  • 2004

Exposition Yellow : Meguro Museum of art, Tokyo, Japon. Parmi d’autres objets naturels et artistiques autour de la couleur jaune, comme des cristaux de soufre, boîtes décorées inrō, kimonos brodés, peintures, la collection de terres colorées : « 1000 yellows » de Kurita. Photos. Texte en japonais.

Exposition petites natures ? : Maison de la culture du Japon, Paris, France. Installations de Kôichi Kurita et Yoshihiro Suda, à l’occasion du premier programme d’artistes en résidence de la MCJP. Il s’agit de la première présentation de ses œuvres en dehors du Japon. Le petit catalogue est encore disponible (6 €), avec un beau texte de Dominique Truco.

  • 2005

The Kyoto Shimbun : Article sur la démarche de l’artiste et ses installations au temple Honen-in et au Kyoto Art center : alignements coniques et rectangulaires de terres colorées et, plus rare, chemin de vingt-cinq fleurs blanches de camélia devant la statue du bouddha Amitabha. Photos et texte en japonais.

Exposition personnelle : Minokamo City Museum, Gifu, Japon. Le public est invité à participer à la collecte des terres du district du Tōkai. En dehors de l’aspect esthétique, l’accent est mis sur la terre « sous nos pieds ». Ateliers de découverte. Photos et texte en japonais.

Kôichi Kurita, filmé par David Guedj : Arte, Die Nacht / La Nuit, #44, diffusion le 27 septembre 2005. Voir un lumineux extrait du film (real video – 5mn06)

Biennale d’art contemporain de Melle : Melle, France. Terres de France et de Poitou-Charentes. À cette date, on évoque le nombre de 32 000 prélèvements effectués par Kurita dans le monde.

Chaque prélèvement n’excède jamais une poignée de terre. Elle sera séchée, broyée, tamisée, répertoriée puis conservée pour augmenter la gamme chromatique sans cesse croissante, matière première de minimalistes « mandalas » composés par Kôichi Kurita. La couleur est aussi une matière : calcite, oxyde, kaolinite, bauxite, plomb noir…

  • 2006

Echigo-Tsumari Art Triennial, Niigata. Voir un témoignage de la réalisation de Kurita Kôichi, photographiée par l-v-l le 2 août 2006, en ligne sur son compte flickr, en licence Creative Commons.

  • 2006-2007

Projet de Bibliothèque de terres du Poitou-Charentes [et] De la Terre à la Terre : Poitiers, France. Invité par la ville de Poitiers, Kurita développe le projet initié en 2005 à la Biennale de Melle. En voir plusieurs échos :

L’Actualité Poitou-Charentes

Académie de Poitiers

et le bel hommage au « ramasseur nomade des sols » par François Bon dans le tiers livre, avec des photographies de Dominique Truco et Kasuko Kurita.

(…) Il s’est posé comme un oiseau, là où la tension de la terre est telle que rien ne signale plus son propre poids, sa propre emprise. Il est armé de l’absolue non arme, non pas bêche ni pelle ni rien d’aratoire, mais l’humilité de cette cupule de bambou, venue aussi de ses temples. On dirait, la cupule pleine, dans le geste du danseur, ou le mouvement d’acrobate de l’homme oiseau se séparant de l’univers tellurique, qu’il remercie de l’offertoire : non pas lui qui a pris, mais la terre qui a donné. (…)

  • 2007

The Museum of Modern Art, Wakayama, Japon. Evocation sur un blog (en japonais) d’un atelier animé par l’artiste. Son attention au public et ses qualités pédagogiques sont très visibles sur les photographies prises dans ce type d’intervention.

  • 2008

Art Court Gallery, Osaka. Notice en anglais et photographie d’une belle collection de terres alignées dans des tubes bouchés par du liège.

  • 2009

Terres du Centre, centre de la Terre : Abbaye de Noirlac, France

Du 1er août au 20 septembre 2009

Cet artiste japonais de renommée internationale collecte depuis 1991 des milliers d’échantillons de terre du monde entier. Par son œuvre, il donne à voir l’étendue de la beauté de la terre et l’incroyable diversité de ses palettes chromatiques, infinies et naturelles. Invité en résidence à l’abbaye de Noirlac, il constituera une « Bibliothèque des terres du Centre de la France » qu’il présentera tout l’été dans certains espaces de l’abbaye.

——
[en]

Kurita Kôichi – 栗田宏一

Kurita Kôichi’s manner, actions and exhibitions are all related to the soil. In each colored handfull from many varieties of soil, this Japanese artist considers the very image of nature, and of the entire world. His life has been dedicated to creating his Soil Library.

There are unlimited colors in soil caused by the complex combinations of various forms of life.

  • Here are some details about his artistic project.

Soil Library : personal blog, with biography, lists of exhibitions, works in residence and daily photographic memories. In English and Japanese.

Colors of soil in Japan by Koichi Kurita, illustrated by Koichi Kurita. Tokyo, Fukuinkan Shoten Publishers, 2006. Original title : たくさんのふしぎ – 土の色って、どんな色. Published in Japanese.

What color, do you think, soil is? Black? Brown? Pay closer attention to what you stand upon, and you will be surprised to realize that there are many different colors of soil. Open the book and this book will open your eyes to the colors of soil. Read on and look around, enjoy the variety of the colors of soil in and out of the book; they are not just brown, but yellow, gray, pink and even white!

Memory of the soil : by Shiozaki Toshiko, Yamagata International Documentary Film Festival, 1996. English and Japanese presentation.

Memory of the soil

An unpretentious documentary centering on the lives of two conceptual artists and potters in Kofu, Japan. The film shows them as they shape and fire clay pots, search for sacred round stones, collect soil samples for their exhibits, and hunt for ancient pottery fragments in a nearby field. By the end, the viewers too will be fascinated by the soil’s long memory, its traces of life and culture, its myriad colors and textures.

Portrait : TV brodcast on November 23, 2001 by MBS (Mainichi Brodcasting System). Japanese text and gallery of 8 photographs, one of them showing Kurita in front of his « soil library ».
——
[ja]

土の記憶 – 栗田宏一

  • 1996

土の記憶 監督:塩崎登史子

  • 2001

第47回 2001年11月23日 ”栗田宏一”

  • 2003

「国際芸術センター青森」

秋のプログラム アーティスト・イン・レジデンス

佐々木宏子展1967-2002

2002年9月14日-10月6日

日本女性会議2002あおもり併催事業

ジェンダーとグローバリズム/柔らかな普遍性

6 réflexions sur “: Mémoire de la terre : Soil memory : Kurita Kôichi : 栗田宏一 :

  1. Qu’est-ce que j’aimerais ce livre jeunesse… Quelle difficulté de trouver les livres jeunesse magnifiques créés par des japonais, je cherche « Tout pourrit » et « Underground »plus édités!

  2. Pingback: Soil Man Soil Memories « The Spring Wind Blows over Ten Thousand Miles

  3. Pingback: Soil Library Project / Setouchi » Ogijima - 男木島

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s