: Choses qui ravissent, Genji Monogatari :

Dit du Genji - éditions Diane de Selliers
Prendre le coffret du Dit du Genji sur l’étagère de littérature japonaise, dans l’édition Diane de Selliers (2007), à côté de la précédente, aimée et déjà lue lentement, pendant des semaines, au fil des mots de René Sieffert (1988).

En sentir le poids. Choisir un tome.

Feuilleter. Détailler les étoffes, les vagues de Suma, les glycines, les belles-du-soir, les chevelures, les panneaux, cloisons, nuages d’or.

Lire quelques lignes, retrouver l’épisode.

Explorer encore. Et savoir qu’on reprendra la lecture, tranquillement, de la première à la dernière ligne.

En savoir plus : sur l’édition illustrée chez Diane de Selliers et prévoir de suivre une journée spéciale à la MCJP, pour célébrer le millénaire du livre de Murasaki Shikibu.

2 réflexions sur “: Choses qui ravissent, Genji Monogatari :

  1. Prévu… mais pas réussi à me libérer non plus.
    Merci pour ta visite, j’ai vu ton billet sur Murasaki et tu me donnes envie de recommencer des billets « All-Color », comme ceux que j’ai déjà écrits sur la corète, qui est pour moi l’un des termes les plus poétiquement associés au Dit du Genji.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s