: L’enlèvement nocturne : Elopement by night :

Read this post in English
[fr] Partager des images, des idées, jeter des ponts entre des mondes qui s’attirent et sont si lointains pourtant… En voici un premier exemple, sous forme d’un rapprochement visuel à explorer :

Nicolas Ponce - L'enlèvement nocturne

Que nous disent ces deux images, conçues et fabriquées à des milliers de kilomètres de distance, dans leur étonnant jeu de miroir ? L’enlèvement nocturne et Urasato’ s escape from the Yamana-ya sont deux scènes nocturnes figurant la fuite nocturne de deux amoureux/amants, bravant l’interdit qui les empêche de vivre ensemble. L’influence de la première gravure sur la seconde illustration ne nous semble guère plausible, mais les similitudes en sont d’autant plus frappantes. Instants dramatiques arrêtés, chaque image s’inscrit graphiquement comme le passage entre deux mondes, deux lieux… L’enfermement / la liberté, la vie tracée / la volonté d’agir sur sa destinée.

  • L’enlèvement nocturne. Gravure à l’eau-forte et au burin. 1780. « Peint à Gouasse par A. Beaudoin Peintre du Roi — Gravé par Nicolas Ponce ». Scène de nuit, éclairée par la lune, au printemps ou en été : un jeune homme reçoit dans ses bras la jeune fille qu’il aime à sa descente de l’échelle posée contre le mur d’enceinte du couvent d’où elle s’échappe. Trois accompagnateurs s’occupent des chevaux prêts pour la route. L’un d’eux ouvre déjà la portière de la chaise de poste qui accueillera la fugitive. Sa suivante enjambe à son tour la haute muraille coupant la planche en deux. À l’arrière-plan, les bâtiments et le clocher du couvent.
  • Urasato’s escape from the Yamana-Ya. Illustration en hors-texte du conte « Urasato, or the Crow of dawn », in Romances of Old Japan, par Yei Theodora Ozaki (Madame Yukio Ozaki), London, Simpkin, 1919, p. 135-158. La scène se passe également de nuit, mais en hiver, par temps de neige. Les amants sont seuls cette fois-ci pour aller au bout de leur aventure, n’était-ce la petite apprentie inquiète qui les regarde, et a accepté de les aider. Le jeune homme campé, debout dans la neige qui s’amoncelle, tend les bras pour saisir la jolie geisha. Elle a franchi la barrière de la maison de thé Yamana en escaladant un vieux pin. Elle est encore suspendue à une branche débordant vers l’extérieur, grâce à une étoffe nouée, et se laisse glisser vers le bas. Ses pieds sont nus.

Sources : L’enlèvement nocturne et Romances of Old Japan, principalement la planche p. 102

couverture de l’ouvrage

[en] With this new « Nihon-Furansu » series, we would like to share images and ideas from worlds far away one from another, and yet … here is one example : look

Both images convey a sense of mirror, as if they were twins, despite distance and centuries. L’enlèvement nocturne and Urasato’s escape from the Yamana-ya are both night scenes of lovers eloping. The first one probably did not influence the second: similarities are nonetheless impressive.

  • L’enlèvement nocturne. Etching and engraving by Nicolas Ponce after Beaudoin. 1780. « Peint à Gouasse par A. Beaudoin Peintre du Roi — Gravé par Nicolas Ponce ».
  • Urasato’s escape from the Yamana-Ya. Illustration from « Urasato, or the Crow of dawn », in Romances of Old Japan, by Yei Theodora Ozaki (Madame Yukio Ozaki), London, Simpkin, 1919, p. 135-158.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s